Conscience et Création de Valeur Globale : concepts, définitions

Les Etats de la Conscience et la Création de Valeur Globale sont les deux concepts de base de notre recherche. Nous allons dans ce chapitre les définir, démontrer leur interaction et qu'il peuvent faire l'objet d'un apprentissage.

En effet, nous avons démontré que l'expérimentation consciente des états modifiés de conscience et leur intégration dans la vie quotidienne favorisent l'émergence d'une autre vision du monde, créatrice de valeur globale qui régénère l'écosystème individuel et collectif de la planète.

 

1. Introduction

De toute éternité l'homme a été fasciné par la conscience. Les traditions de tous les continents, des voies initiatiques dont certaines portent le nom de religions, les ont nommés différemment : illumination, Satori, Nirvana, Dream Time…
Plus récemment en occident avec le développement de la science, les mots et les voies ont changé : l'ethnologie parle de transe chamanique en ce qui concerne les peuples aborigènes, la psychologie classique parle de "sentiment océanique" ou "d'états étranges de la conscience",
la psychologie transpersonnelle les nomme "états non ordinaires de conscience", "états modifiés de conscience" ou "états d'expansion de conscience", la neurophysiologie parle de fréquences cérébrales, les physiciens de champs électromagnétiques, les mathématiques d'espace fractal à dimensions multiples…
Mais les Etats de Conscience expérimentés par le chercheur, l’explorateur, l’initié, le prêtre restent de même nature, même si les chemins pour y parvenir sont multiples…
Explorer les états de conscience situés entre l'état de veille et de sommeil profond.
Cette exploration permet de rendre conscientes les parties inconscientes, facilitant ainsi une meilleure connaissance de soi (traumatismes, potentiels...) et la récupération d'un potentiel « Energie de Vie »

 

2. Qu'est-ce qu'un Etat de Conscience ordinaire ?

C'est un Etat de Conscience que nous connaissons tous, dans lequel nous sommes d'habitude, dans notre quotidien, tous les jours, et durant la plus grande partie de la journée.
C'est l'état de veille, que nous rencontrons dans le cadre de nos occupations journalières pour travailler, nous adapter à notre environnement, "fonctionner" rationnellement, avec notre "raison raisonnante", résoudre les problèmes, répondre aux choses et aux événements usuels.
C'est un état neutre, usuel, banal.
Il est orienté vers l'extérieur de soi-même.
Il maintient dans le cadre de ce qui est un "comportement normal" pour notre société.
Les paramètres "temps, espace, corps, Moi" sont linéaires.
La perception ou les représentations de notre environnement sont régies par nos sens (5 voire moins, car peu éduqués).
Il est soumis aux croyances en ce qui concerne la logique et la causalité, telles qu'elles sont acceptées par notre culture.
"Notre état de conscience ordinaire est un outil, une structure, un mécanisme d'intégration qui nous permet d'interagir avec une certaine réalité sociale acceptée, un consensus de réalité" (Professeur Charles T. Tart PH.D en psychologie).

 

3. Qu'est-ce qu'un Etat d'Expansion de Conscience (ECC) ?

Nous resterons volontairement dans le cadre de ce document sur les définitions des sciences d' "aujourd'hui".
Nous n’évoquerons pas les descriptions et les représentations des traditions, religions… à propos des états de la Conscience.
Les Etats d'Expansion de Conscience sont décrits de façon quantitative ou qualitative (descriptive).

Approche quantitative

Les fréquences cérébrales : Bêta, Alpha, Thêta, Delta, Gamma.
Plus on est à l'extérieur de la spirale (voir ci-dessous), c'est-à-dire en état de conscience ordinaire, plus les fréquences cérébrales émises par le cerveau seront des ondes dites Bêta.
Plus on se rapproche de l'intérieur de la spirale, c'est-à-dire dans un état de conscience profond, plus le pourcentage de fréquences Delta voire Gamma sera important.
Les outils qui nous permettent aujourd’hui de commencer à objectiver ces états, sont en neurosciences : les électro-encéphalogrammes, magnéto-encéphalogrammes, les scanners… ; dans d’autres disciplines médicales, des instruments de mesure ont été créés qui permettent de s’entraîner à reproduire un état de relaxation ou de méditation, ce sont les outils de biofeedback.
En général, ces derniers utilisent des paramètres physiologiques : battements du coeur, transpiration de la peau…
Ces outils ont le mérite d’exister, ils sont intéressants, notamment au début d’une recherche, car l’on peut voir très facilement l’impact de sa respiration ou de ses pensées sur le cerveau ou le coeur, apprendre à les maîtriser par la pratique et entrer dans des états de relaxation reproductibles à souhait.
Cependant, nous sommes, de notre point de vue, encore loin de l’objectivation quantitative des états extatiques profonds…

Approche qualitative

L’objectivation de l’approche qualitative sera, quant à elle, plus performante dans la description d’états plus profonds, tout va dépendre de l’expérimentateur, de sa capacité à observer, à entrer dans son univers et à le décrire avec ses différents sens affinés par l’exercice de l’ascèse, de l’expérience, alors il pourra sans doute trouver le chemin des mots pour décrire son expérience et la rendre objectivable…
Peut-être… Lisible par son environnement, voire reproductible ?



Les chercheurs (A.Maslow, C.Tart, S.Grof, J.P.Valla…) ont défini les états non ordinaires de conscience par une relation non linéaire au temps, à l’espace, au corps, au moi, nous rajouterons une capacité de création émergeante ou inductive, facile, naturelle.
Les perceptions ou les représentations de notre environnement sont régies par nos sens exacerbés par la pratique des EEC (la perception sensorielle dépasse largement nos cinq sens classiques)
Ainsi, l'individu peut passer par une phase de désorientation et de transcendance du temps et de l'espace, une expansion de l'identité.
Il peut ressentir au même moment sur un thème donné, la conscience du passé, du présent et du futur ; cela se traduit par la vision projective et la capacité de concrétisation de cette vision (les grands visionnaires tel que Léonard de Vinci…)
Le sujet éprouve le sentiment de se dégager des limites de son ego et de se sentir très proche d'une autre personne, d'un groupe, de la nature...
Plus communément, cela peut se traduire par la capacité à « sortir du cadre », à avoir une approche systémique, une conscience naturelle de l’environnement.
Une forme de plénitude qui donne à la vie un sens, la perception de l'unité, un sentiment de joie, de ravissement.
L'environnement est perçu dans sa globalité, comme un tout intégré et unifié, des notions comme la comparaison, la concurrence deviennent obsolètes.
L'émergence de valeurs comme la justice, la simplicité, l'intégrité, la bonté... Le détachement par rapport aux résultats, car l'expérience elle-même est auto-validante.
La qualité noétique : l'expérience est perçue comme réellement objective, une source valable de connaissance. La capacité de création,
le fait de se sentir plus responsable, actif, d’être le créateur de sa propre existence, la conscience de son libre arbitre.
Les expériences sont vécues comme ayant le potentiel de transformer la vie, de prendre un nouvel essor.
L'EEC est l'outil mental permettant le glissement vers une autre réalité ou vers les contenus profonds de l'être.
Il peut être induit par soi-même, par quelqu’un d’autre, par notre environnement (bruit des vagues, odeurs…).
Il vise un but positif : relaxation, correction de quelque aléa, exploration, guérison, précognition, recherche d’informations, changement de paradigmes, initiation, méditation, états extatiques…

Modélisation

 

4. Les principales techniques pour rentrer en ECC

Elles sont très nombreuses, nous n’en citerons que quelques unes en prenant l’option de les présenter par l’entrée des sens.
Ces techniques vont stimuler notre système sensoriel et cognitif, elles vont donc stimuler un ou plusieurs sens et impacter notre corps physique ou/et émotionnel ou/et notre intellect ou/et nos valeurs intrinsèques spirituelles :

- Les sons : la méthode Monroe, le chant harmonique, les cloches, le didgeridoo, les cymbales, le chant grégorien, la voix (guidances verbales), l’hypnose, le bruit des vagues, de la nature…
- Le toucher, le corps : les pratiques corporelles, le yoga, le massage, la respiration, la nourriture, les plantes sacrées, la danse, les arts martiaux, le sport…
- L’odorat : les odeurs de la nature, d’un plat, d’une plante, vont nous transporter vers d’autres lieux… des odeurs que l’on sent naturellement,
- Le goût : des aliments, ou d’autres éléments que l’on ne va pas forcément manger,
- La vue : l’impact des couleurs, des formes sur nos états de conscience, l’imagerie guidée..
- La cognition : la contemplation, la méditation...

Toutes les techniques précitées par sens ont aussi de nombreuses interactions avec les autres sens, elles vont stimuler les différentes dimensions de notre Etre (physique, émotionnel, mental, spirituel).
Chacun dans son quotidien va naturellement trouver le chemin vers ces états intérieurs de Paix, ce parfois par des activités très simples, faire son ménage, ranger son garage, écouter de la musique, danser, faire du sport, la contemplation, la marche, la peinture…

 

5. L'état de la recherche et des pratiques sur les ECC aujourd'hui

Les principaux auteurs universitaires qui ont fait des recherches et donné lieu à des publications scientifiques puis à des livres grand public : C. Tart, S.Grof, A.Maslow, J.P.Valla, J,Narby, E. Nachez, Tod Masluk, P.Weil, P.Drouot,…

 

6. Qu'est-ce que la Création de Valeur globale ?

La notion de création de valeur au sein d’une entreprise a longtemps été considérée uniquement d’un point vue économique et, qui plus est, au sens actionnariat du terme.
Aujourd’hui cette notion de création de valeur s’est largement élargie, aux « stakeholders », les parties prenantes d’une entreprise (aussi bien en interne que dans son environnement)
Manfred Mack a créé le concept de création de valeur globale comme nouvelle logique de l’entreprise.
Arese, entreprise de notation sociétale a construit sa notation sur une grille d’analyse composée de ratios sociaux, environnementaux et financiers les plus objectifs possibles.

Nous avons dans le cadre de notre recherche retenu les critères de

Création de valeur économique

La rentabilité financière (bilan de l’entreprise), les actionnaires (vérifier les principes de gouvernement d’une entreprise, les outils d’informations et de dialogue avec les actionnaires, la transparence sur les rétributions des actionnaires, dirigeants…), les clients et les fournisseurs (il s’agit d'apprécier l'intégration de l'entreprise dans la chaîne de transformation et de distribution et d’évaluer sa conduite aussi bien en amont qu'en aval de sa position, d’intégrer la capacité d’innover pour le client, de co-construction, le respect de la qualité des produits, de la concurrence…)

Création de valeur humaine

L'étude de la politique de valorisation menée par l'entreprise vis-à-vis de ses collaborateurs.
Apprécier la valeur globale que peuvent retirer les collaborateurs des objectifs stratégiques de l’entreprise et pas seulement l’inverse (la rémunération est la rétribution, la formation, la gestion des carrières, l'employabilité, l'hygiène et la sécurité, les conditions de travail, le climat social...)

Création de valeur environnementale

Ce critère recouvre l'étude de la politique de valorisation menée par l'entreprise vis-à-vis de son environnement naturel. Il s'agit, non seulement de ne pas compromettre, mais aussi d'améliorer les ressources des générations futures (la gestion des risques environnementaux, le contrôle des prescriptions légales, le programme d'économie des ressources (eaux, énergie, matières premières...), le programme de recyclage et d'élimination des déchets, la gestion des transports, la relation avec les clients et les fournisseurs dans ce domaine…)

Création de valeur sociétale

Ce critère recouvre l'étude de la politique de valorisation menée par l'entreprise vis-à-vis des acteurs apparemment les plus éloignés de son métier, c'est-à-dire les acteurs économiques et sociaux des communautés nationales ou locales dans lesquelles l'entreprise a décidé de s'implanter (le mécénat humanitaire, le mécénat social, le mécénat environnemental, le mécénat culturel et /ou sportif…)

 

7. Pratique des Etats d'Expansion de Conscience

Elle génère

Une meilleure connaissance de soi

Plus l’expérimentateur va pratiquer l’introspection, expérimenter des EEC de façon stable et intégrée, plus il va contacter des mémoires plus ou moins profondément enfouies, desquelles il va retirer des informations, de la compréhension.
Ces informations peuvent provenir de la vie en matrice périnatale, de l’enfance, de connections archétypales ou trans-générationnelles ou de vies antérieures (peu importe le concept sous-jacent associé aux croyances de la personne, ce sont des mémoires).
Le fait de les contacter en conscience va nous permettre de résoudre un problème, un blocage, de reconnaître un don particulier et de s’en servir, de découvrir notre potentiel et de l’actualiser.

La Création de Valeur Globale dans l’Action, dans son quotidien, dans son domaine de compétences, un autre regard sur le monde

La recherche universitaire menée par Dominique Lussan a montré, d’une part, l’existence d’un lien entre l’expérimentation des états d’expansion de conscience d’un dirigeant et la création de valeur globale (économique, humaine, environnementale et sociétale) dans l’entreprise, et d’autre part que ces expérimentations d’états peuvent faire l’objet d’un apprentissage.
Cette recherche a ainsi défini 7 niveaux de conscience associés à 7 niveaux de pratiques professionnelles.
Ces niveaux de pratiques professionnelles forment un label que nous avons nommé « Conscience et Action » de 1 à 7. A partir du niveau 4 émergent d’autres modes relationnels, la création de nouveaux procédés dans différents domaines : agriculture, industrie, apprentissage, management, recherche, économie, vie quotidienne.
Ainsi pour que chaque métier, entreprise, produit, service, commune, pays soient a minima au niveau « Conscience et Action » 4, il est nécessaire et indispensable que chaque individu ou la masse critique dans le cadre d’un groupe aient réalisé un travail sur soi, d’introspection, d’exploration de ces états d’expansion de conscience de façon stable et intégrée.

La régénération de notre propre écosystème, de notre énergie de Vie

Plus les mémoires seront libérées et transformées en énergie de vie, plus notre écosystème sera fonctionnel, harmonieux.
Plus on va explorer, expérimenter des états de conscience profonds de façon très progressive afin de les stabiliser, de les reconnaître, et de les intégrer en état de conscience ordinaire, plus on va contacter cette énergie de vie et régénérer notre écosystème, plus on va installer en soi et dans sa vie un état de paix, d’harmonie, de joie, de sérénité...

 

Retourner au début